Les retombées économiques des Grands Sites

Mardi 18 Septembre 2007 PDF Imprimer Envoyer

Les coûts des actions de protection, de réhabilitation, de mise en valeur et de gestion des Grands Sites sont parfois mis en question (près de 42 millions € au Pont du Gard sur 5 ans entre 1996 et 2000, 10 millions € au Puy de Dôme entre 2003 et 2007, l'équivalent à la Pointe du Raz entre 1991 et 1995, 5 millions € actuellement en Camargue gardoise). A contrario, leur impact économique est rarement évoqué. Or ces sites ont une valeur économique et un rôle dans le développement des territoires, moins connus mais bien supérieurs que nous pouvons désormais démontrer chiffres à l'appui. 

Une conférence de presse sur les retombées économiques des Grands Sites a réuni mardi 18 septembre à Paris, au Petit Riche, plus de trente journalistes et partenaires institutionnels du Réseau (MEDAD, Ministère de l'agriculture et de la pêche, Odit France, ministère de la Culture, Fondation du patrimoine...). 

M. Dumas, président du Site du Pont du Gard, M. Gouttebel président du Conseil général du Puy-de-Dôme, M. Voisin, président du Réseau des grands Sites de France et M. Lasnier, directeur du bureau d'études Figesma sont intervenus pour présenter les études réalisées par les Grands Sites sur leurs retombées économiques.

Le site du Pont du Gard génère chaque année 135 millions € de retombées économiques sur la région, correspondant à 1209 emplois et engendrant 21,5 millions € de recettes fiscales. Ainsi, chaque visiteur du Pont du Gard dépense 3,27 € sur le site et 123 € à l'extérieur du site. Le site du Puy de Dôme génère chaque année 76 millions € de retombées économiques, correspondant à 696 emplois et engendrant 11 millions € de recettes fiscales. Chaque visiteur du Puy de Dôme dépense 3,5 € sur le site et 180 € à l'extérieur du site.

Ces chiffres sont à mettre en relation avec des budgets annuels des structures de gestion, fonction les caractéristiques physiques des sites, de leur niveau de fréquentation, des services et activités culturelles qu'ils proposent de 7 millions € au Pont du Gard et de près de 500 000 € au Puy de Dôme.

Bien entendu, il convient de protéger ces paysages emblématiques en premier lieu pour leur valeur patrimoniale, aujourd'hui et demain. Mais les investissements que les collectivités et l'Etat consacrent à leur réhabilitation et à leur gestion ont aussi un sens économique et se justifient pleinement de ce point de vue par leur impact majeur en termes de retombées économiques et d’emplois.

Des prolongements sur la connaissance des retombées économiques des grands Sites sont attendus avec de prochaines études sur d'autres grands Sites....

 

Communiqué de presse

Synthèse de l'étude Retombées éco des Grands Sites

Tous les communiqués de presse du RGSF